Amanda Anne Niebergall

Amanda Anne Niebergall

Membre
Je suis professeur associé préscolaire avec un certificat en éducation de la petite enfance, ainsi que d'autres cours spécialisés en EPE. Je travaille dans une école maternelle à but non lucratif où nous travaillons avec des enfants et des familles à faible revenu. Le programme est fantastique et le travail que nous faisons avec les enfants fait vraiment une différence. Je ne peux pas penser à une meilleure façon de passer mes journées

Mon histoire en matière de soins de santé commence par des années (à partir de 2013) où je ne me sens jamais bien et où je ressens beaucoup de douleurs abdominales et de crampes. En novembre 2017, je me suis retrouvé aux urgences et bien que ce soit encore un long voyage avec beaucoup de hauts et de bas qui a été le début de la route pour enfin obtenir un diagnostic. J'ai rencontré l'un des médecins de mon cabinet car ils n'étaient pas disponibles, on m'a dit que tout était revenu normal, mais je serais placé dans une piscine pour rencontrer le gynécologue dès que possible. J'apprendrais plus tard qu'aucun de ces tests n'était concluant et qu'au lieu d'être envoyé pour d'autres tests, on m'a simplement dit que tout allait bien.

À la fin de février 2018, je n'avais toujours pas entendu parler du spécialiste et la vie devenait ingérable.J'ai commencé à ressentir des maux de dos intenses ainsi que des crampes et des douleurs dans la région pelvienne. J'ai finalement obtenu un rendez-vous avec le spécialiste et j'ai fait un autre examen pelvien et un frottis. Trois jours plus tard, j'ai reçu un appel pour venir obtenir les résultats et ils m'ont dit que j'avais un risque élevé de voir des cellules cancéreuses se produire et qu'ils voulaient que je fasse une colposcopie, mais que ce n'était pas énorme et j'entendrais d'eux sur un rendez-vous et tout au plus j'aurais besoin d'un grattage pelvien fait. Le 20 avril, je suis allé à l'hôpital pour faire une colposcopie. Immédiatement quand j'étais sur la table d'examen, le médecin m'a dit que ce qu'il avait vu l'inquiétait et qu'il précipiterait les résultats, le lundi suivant en fin d'après-midi, j'ai été appelé et demandé de venir au bureau, le médecin m'a dit que j'avais un cancer, il était toujours optimiste à ce moment-là, il ne semblait pas qu'il se soit trop répandu et il a ordonné une tomodensitométrie, en espérant que mon échographie montrerait ce qui se passait.

J'ai eu mon scanner une semaine plus tard et il a montré non seulement un cancer, mais aussi qu'une tumeur causait un blocage majeur de mon rein gauche (expliquant les maux de dos). Le spécialiste a travaillé dur et rapidement pour me faire entrer dans la clinique du cancer le plus tôt possible, ainsi que pour trouver un médecin pour mes reins. Au cours des 10 premiers jours de mai, j'ai subi une intervention chirurgicale pour insérer un tube de néphrostomie dans mon rein gauche, ainsi qu'une IRM et une TEP. J'ai ensuite rencontré mes oncologues et entre les deux, le plan de traitement a commencé. J'ai appris que j'avais un cancer du col de l'utérus, de l'utérus, des ganglions lymphatiques et des intestins.

Je savais que ce n'était pas génial mais j'étais très clair que je ne voulais pas savoir quelle étape j'avais et quelles étaient leurs chances, je voulais juste commencer le traitement. 22 mai 2018 J'ai commencé mes 6 premières semaines de chimio avec 33 traitements de radiothérapie quotidiens et 4 traitements de curiethérapie. J'avais mieux réagi au traitement qu'on ne le pensait au départ et j'ai eu la chance de ne montrer presque aucun signe de maladie lorsque le traitement a été effectué. J'ai fait encore 6 mois de chimio débutant en août et terminant le 17 janvier. J'ai passé l'année dernière avec mes scans toujours NED. Récemment, j'ai fait apparaître quelque chose sur mon scanner d'un an dans la région pulmonaire et j'ai besoin d'une TEP, après avoir poussé pour le faire le plus rapidement possible, je peux signaler que cela se fera le 4 mars.

Ce qui m'a fait traverser cette période, c'est le choix que j'ai fait de ne regarder que les points positifs et le groupe merveilleux et encourageant d'humains qui m'entourent. Ces deux dernières années ont été une course folle, mais cela a rendu ma famille plus proche que jamais. Je passe mon temps libre avec ma famille, mes filleuls, mes amis et un merveilleux petit ami. J'aime mes chiens, passant du temps dans la nature ou lisant. Je fais partie d'un groupe d'artisanat mensuel qui garde mon jus créatif couler.

Je navigue actuellement dans la vie post-cancer de la ménopause avec autant d'humour et de grâce que possible. Je suis passionnée de faire une différence dans la vie des femmes souffrant d'un cancer du col utérin et de travailler à l'élimination de cette maladie au Canada. Je fais partie de deux comités du Partenariat canadien contre le cancer, Survivorship and Mental Health et Elimination of Cervical Cancer.J'ai récemment prononcé le discours d'ouverture d'un patient au CPAC Elimination of Cervical Cancer Summit 2020 à Toronto.
FR
EN FR